E-commerce. La fin du modèle économique actuel?

E-commerce. La fin du modèle économique actuel?

Frederik DavidAlgemeen

Chaque jour, on entend les histoires narrant l’influence néfaste du commerce en ligne sur le commerce traditionnel. Mais est-ce la vérité ?
Début février 2017, Gravelart a lancé sa propre boutique en ligne, après un an de concertation interne et de développement.

"Au début du processus de réflexion, la vente en ligne constituait pour nous un choix difficile, jusqu’à ce que nous réalisions qu’il ne fallait pas choisir. Nous devions tout simplement le faire", explique Frederik David, responsable commercial et marketing chez Gravelart.

E-commerce. La fin du modèle économique actuel?

Les faits le confirment : en 2012 le commerce en ligne en Belgique faisait un chiffre d’affaires total de € 4,7 milliards. En 2016, le chiffre d’affaires correspond déjà à plus de € 9 milliards. Environ 75 % de la population a au moins fait un achat en ligne.

La Belgique connaît ainsi actuellement la plus forte croissance en Europa (augmentation entre 2016 et 2015). Il n’est donc plus question de savoir si nous montons dans le train, car il a déjà longtemps quitté la gare.
La croissance du shopping en ligne va encore fortement augmenter dans les années à venir, bien que le Brexit ait un impact considérable. Il ressort d’une étude d’E-commerce Europe qu’en 2017 le Brexit prévu aura une influence négative sur tout le commerce en ligne en Europe.

"Nous considérons notre boutique en ligne comme une plate-forme où nous pouvons inciter le consommateur à acheter nos nouveaux produits tout comme assister et informer encore mieux le client professionnel. L‘ argument qu’une boutique en ligne puisse nuire à la relation avec les propres clients est faux. Chaque consommateur achetant en ligne, le fait sans intervention d’un professionnel. Nous constatons aussi que beaucoup de ventes en ligne partent vers les pays voisins. Chaque partie y perd donc actuellement. Gravelart essaie de cette façon d’arrêter cette tendance", explique Frederik.

"L’avenir dira si les deux modèles vont de pair. Nous croyons en un modèle hybride. Citons par ex. Coolblue et Amazon. Les deux entreprises ont entretemps ouvert des magasins physiques parce qu’elles comprennent que le contact personnel avec le client reste essentiel."

Back to overview